Leader France

Liste des projets

Filtrer les projets

Région

Type de structure

Thème

Adhérent de LEADER France

Développement de la commercialisation des produits par l’acquisition d’un triporteur électrique et de l’activité pédagogique

Chèvrerie de peute goutte, Chemin de Peute Goutte, Ventron, France

Voir le projet

Ma Boutique à l’Essai

15 Rue de la Guisane, 05240 La Salle-les-Alpes, France

Voir le projet

Le Café Théâtre des Ballons Rouges

Café Théâtre Des Ballons Rouges, Rue Charles Cartel, Lamballe, France

Voir le projet

Création d’une boucherie, charcuterie, traiteur, rôtisserie et épicerie fine

22 pl Herbes, MÉJANNES LE CLAP, 30430

Voir le projet

Acquisition d’un banc de scie

Courteranges, France

Voir le projet

L’autre Campagne – ferme hydroponique et aquaponique

2399 Route de Lannes, 40390 Saint-Martin-de-Seignanx, France

Voir le projet

Création d’un atelier participatif de production de jus de fruits

Épaignes, France

Voir le projet

Et si j’accueillais la Biodiversité dans mon entreprise

38 Place Voltaire, 36000 Châteauroux, France

Voir le projet

Développement de la filière PPAM

1, Rue de la République 34 600 Bédarieux

Voir le projet

Projet POSCIF -« Pâturage Ovin dans les Systèmes Céréaliers d’Ile-de-France »

2 Hameau de Chalmont, 77930 Fleury-en-Bière, France

Voir le projet

Reconquête des terres agricoles en Vaunage pour une meilleure alimentation de proximité

Saint-Dionisy, France

Voir le projet

Animation coordination de la plateforme d’approvisionnement locale de la restauration collective brenne /castelroussin

Maison du Parc, Le Bouchet, 36300 Rosnay, France

Voir le projet

Chantier École : Rénovation du Pavillon d’accueil du Jardin Médiéval pour formation aux techniques de la construction en matériaux naturels locaux et durables

Uzès, France

Voir le projet

Valorisation et réduction des déchets verts

Cendras, France

Voir le projet

DEVESE -Diagnostics et Echanges pour une Valorisation des pratiques Eco-pastorales et des Systèmes d’Elevage pour la préservation des ressources naturelles et de l’environnement

Grand Site de France Saint-Guilhem-le-Désert Gorges de l’Hérault

Voir le projet

De nouveaux outils numériques pour animer le Centre d’Interprétation du Territoire

Hôtel de ville 30480 Cendras

Voir le projet

Agrandissement de la boutique paysanne Terres d’Aigoual

Parc national des Cévennes 6 bis, place du Palais 48400 FLORAC

Voir le projet

Dioré, la forêt des plantes médicinales : production de plantes médicinales indigènes et endémiques

25 cité artisanale Beaufonds BP 57, 97470 Saint-Benoît, Réunion

Voir le projet

Traiteur Locavore

Grains d’ici, 2 bis rue de la république Pouzols Minervois 11120 Pouzols-Minervois

Voir le projet

Université des sciences et pratiques gastronomiques

1 allée Monseigneur Jean René Calloc’h 29000 Quimper

Voir le projet

Rénovation performante du patrimoine public

rue les Plantes Bonjour 21 260 SELONGEY

Voir le projet

Développement SCOP EchoPaille

SCOP ECHOPAILLE . Zone de Cleherlan. 56230 - Questembert

Voir le projet

Création d’un food-truck pour la valorisation des produits alimentaires locaux

Vergezac, France

Voir le projet

Projet « Paroles » – Animation et projet artistique autour du patrimoine culturel immatériel sur le Pays du Velay

Rue Raphaël, Le Puy-en-Velay, France

Voir le projet

Reconstitution du camp de Vaussieux

Vaux-sur-Seulles, France

Voir le projet

Villa Gregam – Création d’un centre culturel éphémère

La Villa Gregam, Rue du Géneral De Gaulle, Grand-Champ, France

Voir le projet

Guingette sur la plage

Mesnil-Saint-Père, France

Voir le projet

Visite de l’abbatiale en réalité augmentée

La Noue de Sienne, Saint-Sever-Calvados, France

Voir le projet

Guide pour porteur de projet en circuits-courts

Place de la libération, les mureaux

Voir le projet

Rencontres vertes en Thiérache

02260 La Capelle, France

Voir le projet

Aménagement d’un gîte sur le thème des années 70 à Mondrepuis

76 Rue Neuve, 02500 Mondrepuis, France

Voir le projet

Proxim’kids

Trouville-sur-Mer, France

Voir le projet

BA13 Coworking & Fab.lab – Premier tiers-lieu numérique du Bassin

Belin-Béliet, France

Voir le projet

Connect’ences- La plateforme du temps partagé

Belin-Béliet, France

Voir le projet

Festival Hurlu Belles Rues

Cambremer, France

Voir le projet

Etude de définition d’un guichet unique de l’information Mobilité à l’échelle du Pays Bassin d’Arcachon- Val de l’Eyre

33830 Belin-Béliet, France

Voir le projet

Culturama

Pont-l'Évêque, France

Voir le projet

L’Atelier – Un espace de coworking doublé d’une pépinière d’entreprises

3 Rue Alain Peronnau, 33830 Belin-Béliet, France

Voir le projet

Vélomalin® – Un vélo entièrement refabriqué par INSERCYCLES BASSIN D’ARCACHON VAL DE L’EYRE

33830 Belin-Béliet, France

Voir le projet

Construction d’une école de mer

Port Camargue, Le Grau-du-Roi, France

Voir le projet

Création d’une micro brasserie Bio : « Le petit Caboulot »

La Brasserie du Petit Caboulot 25 chemin des cigales, 34400 Entre-Vignes

Voir le projet

Festival LaBel Valette

Pressigny-les-Pins, France

Voir le projet

Accompagnement à l’équipement numérique dans les écoles

Maison du Parc, D254, 63880 Saint-Gervais-Sous-Meymont, France

Voir le projet

« Déclic’Service Public » – Accompagnement à la maîtrise de l’outil numérique dans les démarches administratives (Pays d’Arles)

4 Avenue Victor Hugo, 13200 Arles, France

Voir le projet

Cand’épicerie

Rue des Cèdres, 41120 Candé-sur-Beuvron, France

Voir le projet

Véhicule partagé villerouge-Termenès

Mairie de Villerouge-Termenes 11300 Villerouge-Termenes

Voir le projet

Collisions : Festival des arts numériques

Soustons, France

Voir le projet

Développement de la commercialisation des produits par l’acquisition d’un triporteur électrique et de l’activité pédagogique
20 octobre 2020

Dans son activité agricole, cette agricultrice s’efforce de rester proche de la nature. Elle veille ainsi au bien-être de ses animaux en leur laissant libre accès à la pâture et au bâtiment tout en favorisant une alimentation saine. Aujourd’hui Mme GRANDGIRARD désire poursuivre cette démarche en utilisant un mode de transport propre, pour ainsi diminuer son empreinte carbone. Elle a donc décidé de réaliser une partie de ses livraisons à l’aide d’un triporteur électrique fabriqué sur mesure et équipé d’une glacière spéciale pour conserver la chaine du froid nécessaire à la conservation de ses fromages. Ce mode de transport est le meilleur compromis car il ne pollue pas, son processus de fabrication est beaucoup moins énergivore, sa consommation d’électricité est quasi nulle et enfin, le fait de rouler n’implique aucune émission de CO2, ni de particules fines. Les marchés de producteurs et les évènements ponctuels proches, font partie intégrante de son activité, et désormais c’est à bord de son triporteur qu’elle se déplacera. Hors période hivernale (la hauteur de neige pouvant facilement atteindre 50cm à sa ferme), elle livrera ses points de vente à l’aide de son triporteur. Sa clientèle est plus que favorable à ce moyen de locomotion encore peu développé et la soutient dans ces démarches.

Ma Boutique à l’Essai
20 octobre 2020

Le dispositif « ma boutique à l’essai » permet à un porteur de projet de tester, pendant une période limitée de 6 mois renouvelable 1 fois, son projet au sein d'un local vacant d'un centre-ville ou d'un bourg et de bénéficier d'un accompagnement spécifique. L'objectif étant de pérenniser son activité. Le dispositif associe les acteurs privés et publics : la collectivité, le concessionnaire de revitalisation du centre-ville, un bailleur et le réseau local d'accompagnement à la création d'entreprises. Cela permet aux porteurs de projets de trouver un bon emplacement, obtenir un loyer convenable, tester une idée et réduire le niveau de risque. Le public bénéficiaire du dispositif ma boutique à l'essai est un public très large, sans distinction d'âge, de niveau de formation, ou de statut. Il est composé à 70 % de demandeurs emploi. Toutes les activités sont éligibles : commerciales, artisanales, libérales et agricoles. Le chef d'entreprise accompagné doit établir le siège social de son entreprise sur le secteur d'intervention de la plate-forme (Nord du département des Hautes Alpes). Son entreprise doit présenter un caractère de viabilité lui permettant d'assurer le fonctionnement global de son entreprise et le remboursement de ses emprunts. Afin d’instaurer la confiance entre le propriétaire et le locataire, INHA, à travers le prêt à 0% octroyé au porteur de projet, règle les 6 mois de loyer directement au bailleur. Cette démarche rassure ce dernier et l’entrepreneur peut alors se concentrer sur son activité. Entre le 29.03.2017 et le 28.03.2019, 13 boutiques à l’essai ont vu le jour sur notre territoire montagneux/haut montagneux. 10 sont à ce jour toujours en activité.

Le Café Théâtre des Ballons Rouges
20 octobre 2020

Le projet consiste à transformer un bâtiment existant en plein cœur du centre ville de LAMBALLE ARMOR en un café théâtre , avec une salle principale ouverte sur le bar, le tout sur 120 m2 pouvant accueillir jusqu'à 84 personnes . Le gros des travaux sera sur le respect des normes pour la création d'un ERP de 5 catégorie de type L et N, ils comportent, la réfection de la toiture, des travaux d'isolation, de chauffage, d'électricité, d'accessibilité, de sécurité et d'embellissement. L'objectif est d’ouvrir un café-théâtre en tant que nouvelle offre pleinement intégrée à une vision départementale mais aussi locale et communale à Lamballe, qui est considérée comme une ville rurale avec ces 15 000 habitants Quant à Lamballe Terre et Mer, ce regroupement de communes est constitué de petites communes de 300 à 2000 habitants. Le choix du territoire de Lamballe Terre et Mer s’est fait naturellement de par le dynamisme et l'attractivité qui se fait ressentir à des niveaux économique, culturel, touristique. Nous avons diminué le temps de trajet entre Paris et Lamballe (2h15) ce qui va permettre à des artistes de toutes la France de venir se produire plus facilement sur nos terres, mais aussi à des touristes de venir découvrir notre territoire. Certains de ces artistes sont des professionnels du spectacle, en voie de professionnalisation ou amateurs aguerris. Pour ces artistes, il n'y a pas sur notre territoire de lieu en adéquation avec leur notoriété naissante et une dimension de salle pouvant les recevoir. De nombreux artistes pourront se produire avec un véritable statut d'intermittents, notamment en termes de rémunération. Enfin, les artistes sont demandeurs d'un lieu de ce type identifié « café-théâtre cabaret » qui est une alternative aux salles de spectacles. Aujourd’hui ce sont plus de 70 représentations qui ont été proposés, avec un taux de remplissage de plus de 90%.

Création d’une boucherie, charcuterie, traiteur, rôtisserie et épicerie fine
20 octobre 2020

Après 25 ans d’expérience en tant que salarié, monsieur REILLE a réalisé son rêve en créant sa boucherie-charcuterie-traiteur et épicerie fine. Avec l’ouverture de ce commerce il répond à la demande des habitants et de la municipalité qui n’avaient plus de boucherie dans le village depuis 18 ans. Phillipe REILLE propose aux habitants de la viande issue d’élevages locaux ou régionaux. Sa femme s’occupe de la partie épicerie fine en proposant des produits tous aussi fameux (vins, huile d’olive, épices, chocolat...). L’objectif du couple est de pouvoir vivre tous les deux de ce commerce. Actuellement, seul Mr REILLE se rémunère ainsi que son apprenti et un saisonnier. Ils ont très bien démarré et ont d’ores et déjà des clients fidèles en plus des touristes. Le couple a l’intention de créer ses propres recettes et d’investir dans un autoclave pour faire ses pâtés et créer sa marque. Ce projet a permis de renforcer l’économie locale liée à son approvisionnement en ressources locales, de renforcer l’offre de services de proximité et d’améliorer l’offre touristique en s’adaptant à leurs demandes(grillades, saucisses). De plus, les savoir-faire locaux sont préservés puisque Phillipe REILLE, passionné par son métier a à cœur de transmettre son savoir à ses apprentis et de travailler avec des produits locaux et de qualité. Il s’agit d’une création d’entreprise qui implique des investissements sur une commune en développement mais qui reste relativement éloignée des pôles de centralité. Cette création répond à une attente des habitants et de la municipalité.

L’autre Campagne – ferme hydroponique et aquaponique
20 octobre 2020

La culture conventionnelle et les exigences de nos circuits production-consommation finissent par avoir raison de l’agrodiversité. Aujourd’hui, la biodiversité de milliers de fruits et légumes se retrouve menacée d’extinction. C’est dans cette préoccupation que Lucille Bonnet s’est intéressée de près à la diversification des plantes cultivées et consommables et à leurs techniques de production. Le projet consiste en la création d’une ferme hydroponiques et aquaponiques sur la commune de Saint-Martin-de-Seignanx pour la production de plantes aromatiques rares, sauvages et des légumes feuilles. - L’aquaponie a pour but de créer un écosystème construit et en circuit fermé entre les poissons et les plantes. Les poissons, en faisant leurs déjections, vont indirectement créer de l’engrais pour les plantes par le biais d’une transformation en nitrates par des bactéries. Les plantes absorbent alors ces nitrates, et filtre l’eau qui revient alors propre et assainie aux poissons. Voilà le cercle vertueux de l’aquaponie. -L’hydroponie est une technique moderne qui repose sur un principe simple. Il s’agit de faire pousser des plantes en remplaçant la terre par de l’eau. A celle-ci, nous ajoutons des sels minéraux et de l’oxygène. Les racines des plantes baignent alors dans cette eau où elles peuvent facilement se nourrir des éléments nutritifs mis à leur portée. L’ensemble fonctionne en circuit fermé alimenté par une simple pompe. Cela permet de produire avec une grande efficacité et sur peu d’espace des fruits et légumes. Le projet comprend : -La production de légumes et plantes aromatiques -Les formations d’hydroponie et d’aquaponie -L’aménagement intérieur de systèmes productifs chez particuliers ou professionnels. -L’aménagement extérieur de bassin aquaponique à but paysager et alimentaire chez particuliers

Création d’un atelier participatif de production de jus de fruits
19 octobre 2020

L’association est installée dans une partie des locaux de la ferme communale « la Ferme dite Pinchon » à Epaignes (27) et a créé sa ligne de pressage de jus essentiellement de pommes et de poires. Epaignes est une commune rurale normande de moins de 2000 habitants. L’association a pour objectif de dynamiser les liens sociaux entre les habitants du territoire à travers ce projet de valorisation des ressources locales. Les habitants de notre territoire sont nombreux à avoir des arbres fruitiers, le projet de mise en place d’une ligne de pressage participative permet de répondre à un besoin commun du territoire. Ainsi, les habitants se rassemblent naturellement au pressoir et échangent à travers cette activité. Afin que le projet voit le jour, il fallait que l’association trouve des locaux et des financements. La ferme communale était l’endroit idéal pour cette activité et côté finances le projet a été soutenu par l’Europe via le programme LEADER Seine Normande, la commune, un financement participatif et un prêt bancaire. L’aide de l’Europe a permis d’offrir un service de qualité aux habitants et de faire connaître le projet sur l’ensemble du territoire du GAL, ce qui contribue au succès de ce projet. L’association propose donc aux particuliers de venir presser leurs pommes à cidre ou à couteau et tous types de fruits locaux et tout cela en participant au pressage ! En travaillant ensemble les liens se créent plus facilement. Tout le monde peut venir presser ses pommes, ce n’est pas réservé aux Epagnols, l’association reçoit des habitants venant de différents endroits du territoire. Créée depuis mars 2017, l’association rassemble une vingtaine de bénévoles et a fait cette année sa 3ème campagne de pressage. Le succès est tel que certaine journée l’association produit plus de 1000 litres de jus !

Et si j’accueillais la Biodiversité dans mon entreprise
19 octobre 2020

À travers l'opération « Et si j’accueillais la biodiversité dans mon entreprise», le Pays Castelroussin Val de l’Indre souhaite accompagner les chefs d’entreprises et leurs salariés dans une gestion plus raisonnée de leurs espaces non bâtis (aires végétalisées d’accueil du public, zones de stockage, friches...). Les entreprises engagées dans cette démarche bénéficient des outils nécessaires pour créer ou recréer des espaces propices à l'accueil et au développement d'écosystèmes et de valoriser ces pratiques auprès du personnel, des clients et fournisseurs. Au sein du territoire du Pays Castelroussin Val de l’Indre, peu d’entreprises s’impliquent dans une démarche de gestion environnementale de leurs espaces non bâtis, végétalisés ou en friche. La biodiversité n’est pas la préoccupation première des entreprises ; elle est souvent vue comme incompatible avec les activités économiques et industrielles. Ainsi, ce projet a pour ambition de sensibiliser et d’interpeller les entreprises sur leurs espaces environnants afin qu’elles participent elles aussi à la préservation des milieux. Des pratiques simples peuvent ainsi être mises en place grâce, notamment, à l’implication des salariés mais aussi des parties prenantes (clients, collaborateurs, fournisseurs...). La première opération 2018-2019 a permis à trois entreprises de s’engager dans une démarche visant à réduire l’usage des pesticides et à tendre vers une gestion plus raisonnée des espaces non bâtis. En plus de favoriser la biodiversité, la gestion différenciée permet aussi la réduction et l’optimisation des coûts d’entretien, elle apporte une meilleure connaissance faunistique et floristique de ces espaces, elle créé une nouvelle image de marque. Le Pays souhaite poursuivre ce travail pour renforcer à la fois les corridors écologiques existants mais aussi en créer de nouveaux. Ces espaces, même restreints, ne doivent pas être sous-estimés. Ils recèlent souvent des espèces insoupçonnées, renforçant ainsi la diversité biologique aujourd’hui en déclin au sein de nombreux milieux. Ce projet permet également de porter l’information auprès de plusieurs publics: les salariés, les clients mais aussi les fournisseurs et autres partenaires. Cet aspect de l’opération est aussi important que la connaissance des espèces et leur maintien au sein de ces espaces.

Développement de la filière PPAM
19 octobre 2020

La régression de la profession agricole a provoqué le délaissement des terrains les plus difficiles à valoriser sur le Pays Haut Languedoc et Vignobles, de fait, une fermeture des paysages ainsi qu'un appauvrissement de la diversité biologique des zones rurales. Une part importante de l'augmentation des surfaces forestières au cours des dernières décennies est due à la colonisation naturelle par la forêt d'espaces ruraux libérés après un abandon ou une diminution des activités agricoles ou pastorales. La crise viticole a aussi eu de multiples conséquences sur le territoire: multiplication des arrachages dans certains secteurs, disparition de nombre d'exploitations spécialisées, fragilisation des exploitations restantes, faible nombre d'installations et apparition de friches agricoles. Dans ce contexte, la gestion des paysages agricoles devient un atout économique puisqu'il s'agit de diversifier les productions agricoles, de valoriser la production et qualifier les produits agricoles tout en développant des pratiques agro-environnementales soucieuses des conséquences sur le paysage. Basé sur le territoire du Pays Haut Languedoc et Vignobles, le programme consiste ainsi à reconstituer les sites par un paysage de diversification agricole à travers le soutien à la recherche et à l’expérimentation pour la mise en culture bio de Plantes à Parfums Aromatiques et Médicinales, le maintien et l’accompagnement des agriculteurs.

Projet POSCIF -« Pâturage Ovin dans les Systèmes Céréaliers d’Ile-de-France »
19 octobre 2020

Ce projet s’intéresse au pâturage ovin de couverts d’engrais verts, ainsi qu’au pâturage de blé et de colza d’hiver -2 cultures majoritaires des assolements franciliens. Des expérimentations sont menées dans un réseau de fermes, selon des protocoles co-construits avec les agriculteurs pour produire des connaissances d’une part sur les processus et les impacts agronomiques et environnementaux du pâturage ovin en parcelles de grandes cultures et d’autre part sur la capacité à conduire un troupeau ovin dans ce cadre. Le manque de connaissances et de savoir-faire freine les céréaliers, pourtant enclins à faire pâturer leurs couverts végétaux pour les détruire autrement que par broyage ou chimiquement et bénéficier d’une fertilisation au champ. Les objectifs scientifiques sont de qualifier et quantifier les effets du couplage entre parcelles de grandes cultures et pastoralisme ovin. Sont notamment étudiés : les impacts agronomiques et environnementaux, les performances de l’élevage en termes de production, d’organisation du travail et de bien-être animal et des scénarios d’adoption de ces pratiques à plus large échelle sur un territoire pour aider les décideurs publics à adapter leurs politiques d’accompagnement. Les objectifs techniques directement à destination des agriculteurs, sont l’acquisition de références sur les modes de gestion du pâturage dans des parcelles d’engrais verts ou de cultures, et la quantification des différentes performances, l’identification des intérêts et des limites de ces pratiques pour les agriculteurs et les bergers à travers une évaluation multicritère.

Animation coordination de la plateforme d’approvisionnement locale de la restauration collective brenne /castelroussin
19 octobre 2020

La création de l’association répond à une volonté des producteurs locaux, manifestée dès 2010, de relocaliser l’alimentation. Après différentes actions menées en ce sens entre 2010 et 2014, le problème de la logistique était toujours prégnant. C’est pourquoi une étude de faisabilité a été lancée en 2015 et 2016. L’association Cagette et Fourchette soutient une alimentation de proximité et de qualité. Elle fait le lien entre producteurs et restaurateurs, associations et restauration collective. Son fonctionnement est simple: 1) les «clients» sélectionnent leurs produits sur le catalogue en ligne via le site www.cagette-et-fourchette.fr, 2) ils passent leur commande via le site en respectant les délais de commande de chaque produit, 3) ils sont livrés une fois par semaine pour l’ensemble de leur produit, 4) ils reçoivent une facture unique pour l’ensemble des produits commandés. Pour les producteurs, ils déposent les différentes commandes sur un point de massification, la coordinatrice de cagette et fourchette récupère les produits, et préparent les commandes de chaque client puis assure la livraison par camion frigorifique selon un planning de tournées optimisés. En 2019, il y a une trentaine de producteurs adhérents et autant de sites de restauration collective. Pour cette année, les missions de l’association sont les suivantes : -poursuivre le travail de mise en lien entre producteurs et cuisiniers de la restauration collective ; -étoffer la liste des producteurs locaux pour diversifier les produits disponibles ; -développer les sites de restauration collective adhérents et ouvrir aux restaurateurs traditionnels ; -valoriser la démarche afin de mettre en avant les productions, les producteurs et les sites adhérents ; -être support et soutien d’autres territoires pour permettre l’essaimage du projet ou d’autres expérimentations ayant la même visée.

Chantier École : Rénovation du Pavillon d’accueil du Jardin Médiéval pour formation aux techniques de la construction en matériaux naturels locaux et durables
19 octobre 2020

Afin de poursuivre l’objet même de l’association In Situ et la démarche du respect environnemental du Jardin Médiéval, l’association a souhaité que les matériaux végétaux soit la base de la rénovation du pavillon. Le Gal a reconnu dans la rénovation de ce pavillon l’intérêt de développer l’utilisation de matériaux naturels adaptés au bâti ancien. L’association et la ville d’Uzès souhaite faire de cette réalisation un exemple au cœur d’Uzès. En effet l’usage de matériaux biosourcés permet de rénover ou bâtir de manière performante. Ce sont des matériaux qui permettent de réaliser des parois de bâtiment isolées contre le froid tout en contribuant au confort l’été de par leur capacité thermique.(paille, chanvre et terre). Ils présentent une solution dans notre climat méditerranéens pour répondre aux exigences de la loi de transition énergétique (qui fixe en matière de rénovation de bâtiment le niveau maximum de consommation d’Energie primaire à 80 KWH/m2et par an). Or les ressources de paille, chanvre et terre sont disponibles en Uzège Pont du Gard : -Le Chanvre: Les agriculteurs cultivant du chanvre réunis en association sous le nom du «Chanvre Gardois» ont mis en place une ligne de transformation du chanvre et destinent les fibres issues de la culture à l’utilisation dans le bâtiment. La majorité de ces agriculteurs sont sur notre territoire Uzège Pont du Gard. -La paille est le coproduit des céréales ; plusieurs centaines d’hectares sont cultivés en UPD et depuis quelques années les agriculteurs locaux sont sollicités pour fournir des bottes de paille pour construire des maisons. En Uzège Pont du Gard à ce jour au moins une trentaine de bâtiment sont réalisés à partir de bottes de paille. De plus, reconstruire un pavillon en matériaux biosourcés mais faire de ces travaux un chantier école pour transmettre en réel à des professionnels cette technique de constructions est aussi un des enjeux de ce projet. En effet ce projet sert d’exemple et est l’occasion de transmettre des savoirs faires liés à l’utilisation de matériaux disponibles sur le territoire: paille, chanvre, terre via des formations qui se sont déroulés pendant le chantier de rénovation du pavillon. Ainsi ce chantier sera un lieu de formation, de démonstration, de communication.

Valorisation et réduction des déchets verts
19 octobre 2020

L’association est basée à Cendras mais ses chantiers rayonnent sur une grande partie des communes d’Alès Agglomération. Depuis 2006, l’association accomplit un travail d’accompagnement à l’insertion sociale et professionnelle à destination des personnes bénéficiaires du RSA et de jeunes dans le domaine de la gestion et de l’entretien des espaces naturels. Jusqu’à présent, ses interventions étaient uniquement dirigées vers les collectivités locales. Pour pérenniser son activité le chantier d’insertion a dû trouver d’autres débouchés. Fin 2007, suite à une étude de faisabilité et à l’autorisation de la DIRECCTE le chantier a pu commencer à proposer une nouvelle activité de débroussaillage auprès des particuliers dans le cadre de la prévention des incendies. Cette nouvelle prestation consiste à nettoyer, conformément aux obligations légales de débroussaillement, les terrains des propriétaires situés à moins de 200m d’un massif boisé. Pour ce faire, il était indispensable que l’association investisse dans un nouveau broyeur à végétaux mobile. Les salariés en insertion peuvent donc traiter, en sécurité, directement sur place les déchets verts en réduisant considérablement les volumes, en supprimant les transports d’évacuation en déchetterie et en valorisant les déchets. Suite à cet investissement, l’association a été sollicitée par une SCOP spécialisée en économie circulaire et innovation sociale pour livrer son expérience dans le domaine afin de réaliser une étude de faisabilité pour la diversification d’activité de 3 chantiers d’insertion dans le Gard sur des filières de valorisation de la ressource verte.

DEVESE -Diagnostics et Echanges pour une Valorisation des pratiques Eco-pastorales et des Systèmes d’Elevage pour la préservation des ressources naturelles et de l’environnement
19 octobre 2020

L’opération se déroule sur l’intégralité du territoire du GAL Grand Pic Saint-Loup (36 communes) dont la qualité et la beauté des paysages, façonnés par l’activité agricole, en constituent sa « marque de fabrique ». 90 % du territoire est occupé par des espaces Naturels et Agricoles (dont 20% de surfaces pastorales) et 55% est concerné par 1 voire 2 sites Natura 2000 (réseau Européen de préservation de la biodiversité).Le territoire est également labellisé au «Réseau International des Paysages Viticoles» et est intégré pour partie dans les périmètres du « Grand Site de France Saint-Guilhem-le-Désert Gorges de l’Hérault » et du site « Causses et Cévennes » classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. C’est sur ce territoire d’excellence, admirablement ciselé par plusieurs siècles d’activités agropastorales, mais touché de plein fouet par la déprise agricole (diminution du nombre d’exploitation, des surfaces exploitées et des cheptels depuis plusieurs décennies), que le projet DEVESE se positionne. Articulé autour d’une coopération coconstruite entre 2 partenaires, le projeta pour objectif de contribuer au développement d’une gestion pastorale permettant de concilier durablement les enjeux agricoles et naturalistes en adoptant une approche basée sur le partage des connaissances, des points de vue, des pratiques et des savoir-faire. Chambre d’Agriculture d’Occitanie et CEN-LR ont su unir leurs compétences auprès de15 exploitations agricoles (bovins, ovins, caprins et équins)en proposant un accompagnement articulé autour de diagnostics pastoraux et écologiques de terrain, d’échanges techniques sur les exploitations et lors d’ateliers collectifs.

De nouveaux outils numériques pour animer le Centre d’Interprétation du Territoire
19 octobre 2020

Le centre Biosphera est situé à Cendras qui est la commune où se situe la confluence entre les rivières du Galeizon et du Gardon. Le Galeizon prend sa source dans le Parc national des Cévennes. Cette rivière a reçu en 2018 les labels « Rivière en bon état » et « site rivière sauvage ». Ce syndicat mixte anime depuis de nombreuses années différentes démarches en faveur de l’environnement : Agenda 21, Man and Biosphère, Natura 2000,Espace Naturel Sensible... Il développe des ateliers de sciences participatives, en invitant les habitants à recueillir eux-mêmes des données. Chaque trimestre un programme d’animations « les 4 saisons du développement local » est proposé avec différentes thématiques (agriculture et alimentation, bois-forêt, économies d’énergie...) et permet d’accueillir du public pour une soirée de projection, rencontre, débats... La sollicitation LEADER consiste à équiper ce centre d’interprétation du territoire d’outils numériques, afin de permettre l’actualisation permanente des données recueillies et valorisées dans ce lieu. Elles permettront des visites interactives (tablettes, application...). L’objectif est d’approfondir les ateliers scientifiques et pédagogiques et de les rendre plus attrayants. Ces outils numériques seront destinés à différents publics : un « volet enseignement » avec des thématiques abordées dans les programmes du primaire et du collège, un « volet participatif » à destination des associations et du public local, un « volet observatoire » pour les étudiants, et un « volet touristique » avec renvoi vers les sites locaux et régionaux. L’intervention du programme LEADER a non seulement permis d’apporter des financements pour rendre ce lieu dynamique et évolutif mais il a aussi permis de renforcer le réseau de ce lieu. Le GAL Cévennes y a organisé son 1er comité des bénéficiaires finaux en septembre 2018, permettant de mettre en relation de nombreux porteurs de projet.

Agrandissement de la boutique paysanne Terres d’Aigoual
19 octobre 2020

La boutique «Terres d’Aigoual», est située dans des locaux appartenant à France Domaine et mis à disposition du Parc national des Cévennes par convention. Elle est située au col de la Serreyrède, à 1300 mètres d’altitude, au cœur du « Pôle Nature 4 saisons », où se trouve également un bureau de l’office de tourisme. Il est à noter que ce col est un lieu de passage relativement bien fréquenté pour son point de vue et pour se rendre au Météosite du Mont Aigoual, où un centre d’interprétation sur le changement climatique doit ouvrir prochainement. Les producteurs réunis dans cet espace de vente ont créé une association « Terres d’Aigoual ». Une convention établie entre cette association et le Parc régit non seulement la redevance d’occupation pour le local mais également les modalités d’agrément des producteurs au travers d’un cahier des charges. La demande de subvention LEADER a permis d’agrandir la surface de vente des produits et d’aménager un espace de stockage. Le local initial était de 72m² (dont 7m² de réserve). Les travaux ont permis d’agrandir la surface initiale de 40 m²et la visibilité de la boutique a été améliorée. Depuis les travaux, la structure «Terres d’Aigoual» a pu constater une augmentation de 34% de son chiffre d’affaire et une augmentation de 29% de la fréquentation. Pour certains producteurs, cela peut représenter une part significative de leur chiffre d’affaire. L’intérieur de la boutique a pu gagner en attractivité, grâce au nouvel aménagement mis en place par l’association: nouvelles vitrines réfrigérées, étagères en bois...On y trouve des fromages, de la viande de canard, de porcs, de bœufs, du miel, des plantes séchées, des fruits et des sirops... mais aussi des produits artisanaux en laine mohair.

Dioré, la forêt des plantes médicinales : production de plantes médicinales indigènes et endémiques
19 octobre 2020

L’ARDIE a été créée face au constat que les opportunités d’embauches pour les réunionnais, notamment pour les personnes en difficultés sociales, sont bien insuffisantes au niveau local, en particulier sur le territoire Est de l’Ile. A La Réunion, de nombreuses plantes utilisées depuis toujours dans la tradition créole pour se soigner font aujourd’hui l’objet d’un intérêt scientifique. Entre mai 2012 et janvier 2016, 22 plantes réunionnaises ont été inscrites à la Pharmacopée française par l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). L’usage thérapeutique des plantes qui est un savoir ancestral est aujourd’hui à l’origine d’un marché dynamique et en pleine recomposition. Les tisaneurs traditionnels ont vu apparaitre des transformateurs qui commercialisent sur le marché intérieur et extérieur ces tisanes. Parallèlement, les collectivités territoriales affirment une forte volonté de soutenir cette filière émergente des plantes à parfum aromatiques et médicinales (PAPAM). Il y a eu la réalisation d’une étude pour structurer la filière, une convention signée entre la Cirest, la ville de Saint-André, la Région, le Département et la Cosmetic Valley. Cette filière a ainsi été identifiée comme un facteur de développement économique important sur le territoire de La Réunion. Fort de ces constats, l’ARDIE a proposé un atelier chantier d’insertion ayant pour objectif d’améliorer l’employabilité de 8 personnes au chômage afin de favoriser l’insertion de ce public. Le projet se déroule dans une partie de la forêt départementale de Dioré, dans les Hauts de Saint-André qui s’étend sur un total de 117,36 ha. Le site concerné par le projet est un espaces naturels protégés, il s’étend une surface d’environ 6,5 ha. Sur ce site, une densité remarquable de plantes endémiques et indigènes à La Réunion a ainsi été observée. L’ARDIE a sollicité le programme LEADER pour financer principalement le poste de l’encadrant technique.

Traiteur Locavore
19 octobre 2020

Grains d'Ici travaille principalement en circuit-court avec plus d'une soixantaine de producteurs et artisans (boulangers, maraichers, éleveurs, fromagers, brasseurs, vignerons, cueilleurs-transformeurs, oléiculteurs etc.). Derrière chacun de ses produits, il défend le travail et le soin apportés par ces derniers et la nécessité de maintenir une économie locale et durable, des valeurs sociales et solidaires. Afin d’étoffer son activité, ce commerce a sollicité le programme LEADER pour financer son développement à travers une activité traiteur qui tout en défendant les mêmes valeurs et la même éthique, utilise la rencontre avec ses clients pour sensibiliser le grand public. Modalités de mise en œuvre : Développer les outils de communication de l’entreprise par : - La création d'un site internet : une plateforme permettant notre référencement pour les usagers, expliquant notre démarche, l'ensemble de nos activités (le lieu, les animations, les prestations extérieures) mais mettant également en lumière notre territoire (lieux à découvrir sur notre commune et aux alentours) et les producteurs avec lesquels nous travaillons et leurs démarches (permettant également la rencontre avec eux). - la création de vidéos mettant en valeur les producteurs partenaires et notamment l’entreprenariat rural féminin Equiper l’entreprise de matériel aux normes - Conseils et mise aux normes de l’espace de travail - Fournitures (matériel de cuisine pour préparation, service, transport) - Véhicule réfrigéré (véhicule adapté au transport et le maintien au froid et le respect de la chaine du froid)

Université des sciences et pratiques gastronomiques
19 octobre 2020

Le territoire du Cap Sizun, à travers sa diversité et sa richesse dans les domaines tant maritimes qu’agricoles est apparu comme une évidence car de nombreux liens existent déjà entre ses professionnels et l’Alliance Slow Food des Cuisiniers. La valorisation des races locales, la lutte contre le brevetage du vivant, le soutien à la petite pêche locale, la sauvegarde de l’abeille noire en Cap Sizun sont autant de sujets et de réalités qui ont rapproché les cuisiniers de l’Alliance des producteurs, pêcheurs et transformateurs du sud Finistère. Les premières sessions de formation devraient voir le jour en 2021, mais une phase d’ingénierie de préfiguration est nécessaire pendant 2 ans, financée par LEADER et la Région Bretagne principalement. Durant cette période, l’association USPG doit définir son projet selon 4 axes : - Des formations alternatives : expérimenter un nouvel accès à la cuisine, croiser les savoirs empiriques et universitaires ; bâtir les programmes pédagogiques ; - Des partenariats multiples : fédérer les acteurs locaux autour du projet, s’appuyer sur les réflexions de Slow Food international ; - Une vie économique et sociale autour des ateliers Jean Moulin : créer des liens avec les autres porteurs de projets du site (bistrot, magasin de producteurs…) ; - Des programmes de recherche et de développement en lien avec les questions que les cuisiniers se posent. Le projet d’Université à Plouhinec s’inscrit dans une réalité locale mais aussi dans une attente internationale car Slow Food est présent dans 150 pays et fort de 100 000 membres très attentifs à cette initiative française considérée comme pionnière, expérimentale et capable de faire école ailleurs dans le monde. L'université des sciences et des pratiques gastronomiques proposera un outil de formation unique en Bretagne et en France. Il vise à créer une nouvelle façon d'aborder le métier de cuisinier et le secteur de la restauration (valoriser le métier, repenser l'approvisionnement, le lien avec le consommateur-citoyen, le lien avec le territoire ...) Le projet contribuera à la transition de la profession dans ses dimensions environnementales et sociales. L'université des sciences et des pratiques gastronomiques axera son enseignement sur les connaissances agronomiques, climatiques, culturelles, socio-économiques et le rapport au territoire.

Rénovation performante du patrimoine public
16 octobre 2020

L’habitat et les activités tertiaires représentent 23 % des émissions de gaz à effet de serre et 41% de la consommation d’énergies du Pays Seine-et-Tilles. Les logements construits avant 1975 représentent 60% du parc de 8 440 logements du Pays. La part importante de résidences principales construites sur la période 2005-2008 (10% du parc) révèle la dynamique et l’attractivité résidentielle du Pays. Les maisons individuelles représentent 88% des logements. Le mix énergétique est important pour les secteurs de l’habitat et du tertiaire. Il permet de limiter la vulnérabilité face à la raréfaction et à l’augmentation du coût des énergies fossiles. Malgré ce constat positif, le fioul est l’énergie dominante dans le mix énergétique de production de chaleur des bâtiments du Pays Seine-et-Tilles : il équipe 55% du parc. Si l’on ajoute la part du gaz naturel (25%) et celle du GPL (3%), 60% du chauffage du parc toutes activités confondues proviennent de ressources fossiles. Ainsi pour réduire la facture énergétique des collectivités et la dépense du territoire aux énergies fossiles, le porteur de projet public doit être accompagné par un Conseiller en Energie Partagé (CEP). Le Pays Seine et Tilles s’appuie sur le SICECO (Syndicat Intercommunal de Côte d’Or) pour cette mission qui consiste à la réalisation d’un pré-diagnostic. A l’issue de ce document, le Conseiller en Énergie Partagés (CEP) du SICECO accompagne les communes en tant que conseiller technique dans la définition d’un programme pluriannuel de travaux, la priorisation des améliorations, l’élaboration des cahiers des charges, le choix des équipements et matériaux, L’objectif étant que les communes effectuent, à minima, l’intégralité des travaux dont le temps de retour sur investissement est inférieur ou égal à 2 ans, voire si possible, qu’elles engagent des travaux « significatifs » d’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, ayant des temps de retour sur investissement plus importants (supérieurs à 10 ans), tels que l’isolation des toitures et des murs, … en vue d’effectuer des économies d’énergie substantielles. Un outil de suivi des consommations est également fourni. Ce service payant est intégralement financé par le programme LEADER pour les 66 communes du territoire. Actuellement, 33 communes et EPCI ont bénéficiés de ce service. Avec le programme de travaux ayant comme objectifs d’atteindre 80 kWk/m2.an, les projets sont éligibles aux programmes Etatiques, Régionaux, Départementaux, du SICECO et du programme LEADER.

Développement SCOP EchoPaille
16 octobre 2020

L’entreprise basée sur une commune rurale souhaite pérenniser l’activité et créé un outil de production en premier lieu, fait pour sécuriser l'ensemble des emplois de la coopérative à la fois en sécurisant les personnes mais en diminuant la pénibilité. Les nouveaux bâtiments comprendront une unité de production sur 840 m² et un bâtiment administratif de 160 m² il viendra se rajouter ultérieurement un espace de stockage de 300m². L'unité de production sera dédiée à la production de murs préfabriqués en atelier, la pose de l'isolant et le stockage des produits finis. Le bâtiment administratif accueillera les bureaux techniques ainsi que les parties communes comme les vestiaires et la salle de repos. Ce bâtiment sera aussi la vitrine de l'entreprise l'ensemble de l'enveloppe sera isolé en bottes de paille, les matériaux mis en œuvre seront des matériaux utilisées dans les constructions de l’entreprise. Sont visés les normes bâtiment passif pour l'administratif. Toute cette réflexion a pour but de produire des murs de plus grandes tailles et pouvoir développer encore plus loin l'utilisation du matériau paille comme l'isolation en toiture par des éléments préfabriqués. Et ainsi pouvoir répondre à des chantiers plus conséquents et plus loin. Pour le moment l’entreprise n’était pas en capacité de lever des éléments de toiture dans atelier. L’aide Leader a été fléchée sur les équipements : le premier élément central sera le pont roulant leur permettant de manipuler les éléments préfabriqués, la manipulation de charges lourdes et le chargement sur camion. Pour la production des montants d'ossature pour la paille une scie circulaire à tronçonner sera acheté ainsi qu'une scie à panneau verticale pour le pré-débit des panneaux. Pour faciliter la manipulation des panneaux bois un outil de manutention avec ventouse sera installé au pied de la scie à panneaux verticales. L'aspiration de l'ensemble des machines sera assurée par un groupe d'aspiration positionné à l'extérieur du bâtiment sous un débord de toiture à l'Est. Tous ces outils permettront d'avoir un gain de productivité, de réduire les risques d'accident et de réduire la pénibilité des tâches. L’entreprise s’efforce d'utiliser que des matériaux non traités, de provenance au maximum locale ou française, issu de matériaux bio-sourcés, recyclés... Pour le projet de construction, l’entreprise a : -conservé la partie boisée existante, abritant de nombreux arbres, -conservé une parcelle de + de 2000m² en éco-paturage à l'arrière du terrain, pour palier au futur agrandissement de l'atelier, -créé un système de récupération des eaux de pluies en toiture, pour l'alimentation des sanitaires et pour le lavage des sols, -crée un système de phytoépuration par bassins plantés, pour le traitement de nos eaux usées, -envisagé la pose de panneaux photovoltaïques dans un futur à quelques années, sur le bâtiment de stockage de 300m² à l'arrière, L’entreprise veille également depuis le début de l'activité à générer le moins de déchets possibles et si besoin à les réutiliser par exemple, les chutes de panneaux sont réutilisés pour d'autres projets, les chutes de bois servent à chauffer avec notre poêle à bois au bureau ainsi qu'à divers utilisateurs rayonnant autour de la scop, les copeaux et sciures partent pour les toilettes sèches du réseau (salariés, voisins, amis, festivals proches...), le broyat de paille partent en paillage pour les maraîchers locaux et particuliers environnants.

Projet « Paroles » – Animation et projet artistique autour du patrimoine culturel immatériel sur le Pays du Velay
15 octobre 2020

Le CDMDT de Haute-Loire a d’abord sollicité les collectivités partenaires pour construire un projet adapté à leurs besoins et à leurs problématiques. En partenariat avec elles, les équipes ont mené des actions de collectage par le biais d’entretiens ouverts avec les acteurs identifiés. Ensuite, tout ce patrimoine a été numérisé, analysé et synthétisé dans le cadre de fiches descriptives. Ce travail préparatoire a permis de créer de nombreux supports pour les ateliers de sensibilisation/transmission envers différents publics : Jeune public/Petite enfance, Public adulte, Personnes âgées. Enfin, ces temps d’appropriation se sont conclus par des événements artistiques festifs sur le territoire en réponse aux besoins des acteurs locaux (bals, concerts, projections de films) et en lien avec des associations locales. Ce projet a donné lieu à plusieurs livrables : Livre-CD de chansons et danses à destination des enfants de 6 à 12 ans, Film « Paroles de Mézenc », Web-documentaire « A l’entour du Puy » mais aussi la création d’une fanfare « Neira Fanfara » qui fait vivre les chants et répertoires collectés. Le projet est exemplaire dans la mesure où de nombreux acteurs ont été impliqués et que tous les événements organisés pour la diffusion des supports ont donné lieu à des débats essentiels sur le rapport des habitants aux patrimoines locaux et donc à leurs territoires.

Reconstitution du camp de Vaussieux
12 octobre 2020

Dans le cadre d’une démarche de valorisation du XVIIIème siècle dans le Bessin, l'association organise une reconstitution du Camp de Vaussieux (Vaux sur Seulles) où Louis XVI regroupa en 1778 35 000 hommes dont une dizaine de régiments partirent aux Etats Unis avec Rochambeau pour aider Washington et les Insurgents à se libérer des Anglais. Un vrai camp militaire sera reconstitué dans le pré en face du château de Vaussieux, exactement tel qu’il était autrefois. Il sera constitué d’une partie militaire et d’une partie civile. Lors de l’événement du camp de Vaussieux, les visiteurs pourront assister à des manœuvres militaires et des affrontements inédits : des charges d’infanterie, des charges de cavaleries, ou encore des tirs au fusil et au canon. Une immersion totale dans les champs de bataille épiques du XVIIIe siècle. Cette manifestation qui célébrera le 240 ème anniversaire du Camp de Vaussieux avec différentes animations, permettra de sensibiliser la population et les touristes à cette période riche mais peu connue. D’autre part, il faut noter que c’est le début de l’amitié franco-américaine où 2116 soldats français mourront et seront enterrés aux Etats Unis pendant la guerre d’Indépendance qui connaitra son apogée lors du débarquement allié où 9 450 soldats américains mourront et seront enterrés à Omaha. Elément important pour les Américains et pour lequel nous travaillons à établir une synergie entre les deux événements, présentant aux Américains un aspect complémentaire lors de leur visite en Normandie ou les incitant à venir en Normandie.

Villa Gregam – Création d’un centre culturel éphémère
25 septembre 2020

La "Villa Gregam", le centre culturel éphémère de Grand-Champ sera un lieu ouvert à tous. Destiné à découvrir, à s'initier et à se perfectionner à des pratiques artistiques et culturelles diverses, ce lieu permettra avant tout de créer du lien social et de s'approprier l'espace public. Le projet vise à animer le cœur de bourg de la commune de Grand Champ, en mettant en œuvre un concept original et dynamique. Le site dispose d'un vaste espace extérieur de 3.000m² environ, réparti en deux parcelles. Un espace incubateur de projets artistiques, ouvert sur l'extérieur et permettant de tisser de nouvelles formes de liens entre artistes et habitants. Des réunions seront organisées régulièrement (une par mois pour commencer) afin de veiller collectivement à la bonne évolution du projet, envisager de nouvelles perspectives en terme d'organisation ou de fonctionnement. Les espaces extérieurs du centre culturel (jardins) seront accessibles à tout moment depuis la rue principale de la commune. Les usagers pourront s'y promener, s'y détendre, s'y arrêter (mobilier en bois : tables, bancs, transats...), découvrir des installations artistiques, s'exprimer (murs libres), s'abriter sous le grand hangar qui accueillera des expositions... Ce jardin doit devenir un lieu de rencontre intergénérationnel où habitants et artistes se côtoieront. Dans le second jardin (qui communique directement avec le premier) un cinéma de plein air sera installé pour permettre aux habitants de profiter régulièrement de projections variées. Concernant les bâtiments, 3 endroits seront réhabilités : - Au N°7, un atelier partagé pourra accueillir les artistes à la recherche d'un local pour pratiquer leur art. 6 ateliers seront délimités, à la disposition de tous (sur réservation) et équipés pour toutes sortes de pratiques (la sculpture, la peinture,...). Les artistes pourront réaliser leur travail dans les meilleures conditions et pourront également dispenser des ateliers de perfectionnement ou d'initiation aux habitants. - Au N°13, un studio d'enregistrement et de production musicale sera installé pour permettre aux musiciens du territoire de venir s'entraîner et même enregistrer. Des ateliers de MAO (musique assistée par ordinateur), d'écriture, des cours de chants seront dispensés pour permettre à tous de découvrir les dessous de la musique. Un projet de web-radio est même en train de germer. - L'accueil se fera dans le bâtiment situé au N°9. On y retrouvera un bureau d'accueil et des ordinateurs en libre service (espace de coworking) pour les graphistes notamment. Ce lieu s'adresse à tous, les jeunes comme les seniors, les artistes comme les non artistes, les professionnels comme les débutants. Il a pour vocation de créer du lien social, de faciliter l'accès à la culture à un plus grand nombre et de soutenir les pratiques artistiques du territoire. La municipalité de Grand-Champ met à disposition des associations culturelles du territoire des bâtiments leur permettant de pratiquer leurs activités dans les meilleures conditions.

Festival Hurlu Belles Rues
22 septembre 2020

Ce festival souhaite proposer une animation qui n’existe pas encore sur le territoire du Pays d’Auge, à savoir un Festival des Arts de la Rue original et accessible à tous (familles, habitants, touristes). Les propositions insolites et joyeuses égaieront les rues de Cambremer durant un weekend estival coloré : numéros circassiens, théâtraux, musicaux côtoieront les déambulations et ateliers jeux avec un fil rouge de sensibilisation au recyclage. Ballet de rue désopilant, clown contorsionniste, cascades à couper le souffle, théâtre de rue, karaoké vivant, les spectacles seront adaptés à tous les yeux avec différents niveaux de lecture possible. Le village sera pour deux jours transformé en une ruche artistique bourdonnante : convivialité, joie et partage sont les maîtres mots de cette programmation. D’autre part, dans le même esprit, des personnages/totems sont fabriqués depuis le printemps par les habitants, les structures « jeunesse » (centres de loisirs, IME, ACSEA, écoles) à partir de matériaux de récupération. Ces créations seront exposées dans les structures culturelles de la Région et serviront d’ambassadeurs du Festival. Par la suite elles seront présentes dans le village lors de la manifestation pour égayer les rues et être admirés par les festivaliers. Il s’agit au travers de cette démarche de réfléchir à une communication créative et différente qui implique les habitants, l’objectif étant d’interpeller différemment le public, et de permettre ainsi de diffuser moins de papiers. Plusieurs partenaires, telle que la ressourcerie, se sont joints à cette démarche qui est enthousiasmante.

Culturama
21 septembre 2020

Depuis 2013, le festival Culturama de la communauté de communes Terre d’Auge réunit une quarantaine d’actions culturelles autour d’une thématique commune sur une durée de 3 à 4 mois. Les structures et les services se retrouvent pour proposer des manifestations (spectacles, animations, concerts, expositions et projections) qui aboutissent à une programmation culturelle. Ces actions sont menées par les services culturels intercommunaux Terre d’Auge et des structures partenaires (structures éducatives, associatives, culturelles et sociales, des communes et les habitants du territoire). La communauté de communes Terre d’Auge a plusieurs rôles au sein du festival : - Création de plusieurs projets culturels fédérateurs - Prise en charge de toute la communication du projet - Coordination des structures partenaires proposant leur(s) projet(s) culturel(s) au sein de la programmation - Soutien financier et logistique aux projets des partenaires. Les objectifs de la communauté de communes Terre d’Auge sont d’impliquer les partenaires du territoire sur des projets communs, de dynamiser l’offre culturelle en milieu rural, d’offrir des manifestations professionnelles en engageant des artistes qui travaillent en proximité avec les habitants du territoire, et, également de mettre à disposition des équipements culturels. Voulant valoriser et soutenir les actions culturelles sur le territoire, la prise en charge de la communication par Terre d’Auge est un soutien fort et est le premier partenariat proposé à tous les partenaires avec la communauté de communes.

L’Atelier – Un espace de coworking doublé d’une pépinière d’entreprises
21 septembre 2020

En 2014, la Communauté de Communes du Val de l’Eyre a racheté et réhabilité une ancienne friche industrielle de la zone d’activités Sylva 21, située à Belin-Beliet à proximité de l’échangeur A63, qui s’étend sur 3200 m² pour y construire l’Atelier. L’Atelier comprend d’une part, un hôtel d’entreprises organisé autour d’une vingtaine d’ateliers et bureaux et d’autres parts, un espace de coworking, le second sur le territoire, objet du financement Leader sollicité. Il permet d’accueillir jusqu’à 36 entreprises, grâce aux différents espaces disponibles : ateliers, bureaux, salle de réunion à des tarifs accessibles et souples (8€ la demi-journée et 250€ le mois). Un tarif préférentiel de 99€ mensuel est appliqué aux entreprises se trouvant dans leur première année de création. L’espace est, par ailleurs, ouvert 24h/24h. L’espace de coworking, d’une superficie de 469 m², est constitué de 11 bureaux indépendants de 15 à 30 m², d’une salle de réunion, de petits box de stockage et d’une cuisine avec un espace de détente, permettant aux entreprises de se rencontrer et d’échanger lors de temps informels. La cible de ce projet sont les établissements du secteur tertiaire du Pays Bassin d’Arcachon-Val de l’Eyre et à tous types de travailleurs issus de tous secteurs d’activités.

Construction d’une école de mer
21 septembre 2020

C'est le cabinet d'architectes nimois Crégut-Duport qui a signé la réalisation de l'édifice en béton de 3000 m2. Conformément aux préoccupations actuelles, son emprunte environnementale est limitée en matière de consommation énergétique. Le dispositif LEADER finance les dépenses relatives à l’accueil qualitatif des personnes en situation de handicap. En chiffre : - 49 chambres d'internat : 120 lits stagiaires et 20 lits moniteurs - 1 logement T2 et 1 logement T3 - Capacité du restaurant : 200 convives - 60 personnes employées - 1 500 scolaires/ an - 250 stagiaires au total chaque jour La gestion déléguée de l’établissement a été confiée pour 15 ans à un organisme spécialisé l'UCPA (Union des centres sportifs de plein air). Elle accueille des enfants, des ados et des adultes tout au long de l'année pour des stages : catamaran, voile, kitesurf, planche à voile, foil, aviron, kayak,... Une trentaine de moniteurs et d'animateurs BAFA assurent l'encadrement. Les nouveaux locaux permettent à l'école de fonctionner toute l'année (ouverte de mars à novembre auparavant). Port Camargue est labelisé Tourisme et handicap. Ainsi, le bâtiment de l’école est particulièrement accueillant pour les personnes à mobilité réduite. Outre le respect des obligations réglementaires, le projet a été conçu selon plusieurs critères : - un hébergement adapté aux différents publics, - la non-discrimination des espaces accessibles, - une offre de prestations handisport, - l'accessibilité du yacht-club mitoyen. Public cible : - Habitants - Enfants, ados et adultes pratiquant les sports nautiques - Touristes

Création d’une micro brasserie Bio : « Le petit Caboulot »
21 septembre 2020

Le petit Caboulot propose une bière artisanale, locale et à base de produits issus de l’agriculture biologique, fabriquée dans le respect de l’environnement et destinée à alimenter le marché en circuit-court. Un partenariat local avec une association travaillant sur les plantes aromatiques est mis en place. Eric Thérond est par ailleurs apiculteur amateur. Ces deux éléments permettent d’élaborer des recettes originales. Les matières premières sont issues de producteurs locaux, d’Ardèche et des Cévennes. Le petit caboulot représente pour l'instant un emploi pérenne et un second à venir. La vente se fait surtout à la brasserie, mais également en magasins bio, dans les épiceries fines et bars de villages et lors des évènements sur le territoire. La microbrasserie propose des visites de l’atelier et des dégustations aux visiteurs attirés initialement par le pôle Viavino situé à quelques centaines de mètres. La commune investit pour améliorer l'attractivité de son bourg-centre. La brasserie s'est implantée au cœur du village dans sa zone commerçante en cours de réaménagement. Elle s'installe en bordure de chemins de randonnée dans l'ancien foyer rural entièrement rénové. De gros travaux ont été nécessaires pour isoler le bâtiment et pour créer une plateforme permettant de travailler en gravitation. Une zone de logistique a été aménagée, puis un espace de dégustation et de vente directe de produits locaux.

« Déclic’Service Public » – Accompagnement à la maîtrise de l’outil numérique dans les démarches administratives (Pays d’Arles)
2 septembre 2020

Basé sur le constat de la dématérialisation croissante dans les relations entre administrations et administrés, le projet propose d’améliorer, pour des publics ciblés, l’accès à des services de proximité. Il s’agit d’accompagner - dans le cadre d’un partenariat avec des structures de proximité implantées sur le Pays d’Arles – toutes les personnes qui le souhaitent dans leurs démarches administratives en ligne, en favorisant le développement de l’usage autonome de l’outil numérique et en renforçant la solidarité entre les personnes. Avec « Déclic’ Service Public », le porteur de projet propose une méthodologie et des actions visant à rendre le numérique accessible aux usagers éprouvant des difficultés face à la dématérialisation des services publics en favorisant leur usage autonome de l’outil numérique. Actuellement en cours de réalisation, le projet suit les étapes suivantes : - Une phase d’information, qui consiste en un travail de coordination avec les partenaires locaux et des actions d’information auprès des usagers potentiels ; - Une phase de mise en œuvre incluant la mise en place d’outils de suivi des publics et l’amorçage de la mission de médiation numérique auprès des publics ; - Une phase d’accueil public en continu comprenant le primo-accueil et un accueil individuel in situ (dans les locaux de la structure d’accueil) ; - Une phase d’accompagnement en continu au sein des espaces partenaires ouverts (planning élaboré pour chaque lieu d’accueil, organisation des entrées et des sorties permanentes, en maintenant l’espace accessible en permanence sur les horaires déterminés)

Véhicule partagé villerouge-Termenès
2 septembre 2020

La commune de Villerouge-Termenès et ses habitants ont alors opté pour un service innovant de mobilité : une voiture électrique partagée. Une borne de recharge électrique pouvant accueillir deux véhicules a alors été installée sur le parking de la cave coopérative et est alimentée par une ombrière photovoltaïque, opération réalisée par la commune. Les habitants peuvent alors réserver et louer la voiture pour des déplacements de courte durée, dans un rayon de 40 à 80 km (approvisionnement en denrées alimentaires, accès aux magasins, marchés, soins spécialisés, examens en milieu hospitalier...). Afin d’exploiter les plages restées vacantes le cas échéant durant la période touristique, une mise à disposition du véhicule pourra être proposée aux visiteurs à un tarif d’équilibre (par exemple boucle de 50 km permettant de découvrir deux autres sites pôles Pays Cathare proches : Termes et Lagrasse). De nombreux autres sites remarquables avec lesquels un partenariat pourrait se nouer autour d’une mobilité propre et silencieuse se trouvent dans le périmètre du Syndicat Mixte de Préfiguration du Parc Naturel Régional Corbières Fenouillèdes. Localisés à l’intérieur d’un rayon de 25 à 60 km autour de Villerouge Termenès (châteaux d’Aguilar, d’Arques, de Quéribus, de Peyrepertuse, de Puilaurens, abbaye de Fontfroide, gorges de Galamus…), leur éloignement est largement compatible avec l’autonomie procurée par la batterie du véhicule électrique. Un maillage avec le vivier de gîtes ruraux, de producteurs locaux (vin, fromages, miel, champignons, pisciculture…) et d’artisans d’art (potiers, peintres, sculpteurs, tourneurs sur bois…) pourraient être associé à ces parcours au travers de propositions de trajets préprogrammés sur le GPS du véhicule et/ou par les tablettes, smartphones et autres équipements connectés. Public cible : - Habitants - Touristes

Collisions : Festival des arts numériques
27 août 2020

Le festival d'arts numériques COLLISIONS s'est tenu au mois de septembre 2018 à Soustons. Ce projet n'est pas une simple exposition d'œuvres, c'est un processus collectif de création d'œuvres mobilisant les artistes régionaux. L'originalité du festival repose la constitution de binômes d'artistes issus d'un côté des arts numériques, de l'autres des arts plastiques ou du spectacle vivant, binômes s'engageant à mixer et confronter leurs disciplines et leurs démarches artistiques pour créer des œuvres originales hybrides ! 3 étapes jalonnent ensuite le processus : Juin - août 2018 : chaque binôme élabore et finalise son projet de création. 4-13 septembre 2018 : résidence des 5 binômes à L'Établi. C'est la phase de création. Les artistes accueillent le 12 septembre après-midi les publics jeunes. Pour leur faire découvrir leurs modalités de travail, l'intérêt de la rencontre -de la collision- entre arts numériques d'un côté, arts plastiques et spectacle vivant de l'autre. 14-15-16 septembre : sortie de résidence et présentations au public des œuvres créées Collisions est le seul festival des arts numériques du territoire qui propose cette rencontre entre arts numériques et arts traditionnels... cette « collision » des genres a permis l’émergence d’œuvres novatrices et inédites grâce à la collaboration des binômes. Le projet a contribué à : - Renforcer la médiation culturelle dans l’évolution des pratiques, vers la professionnalisation et montée en compétences - Créer un réseau d’acteurs et des partenariats participant à la structuration de l’offre culturelle Public cible : - Habitants - Touristes

AGENDA
Août
23
lun
Rencontre binationale France – Slovénie
Août 23 – Août 25 Jour entier
Sep
5
dim
Formation ESPRIT sur les services publics en milieu rural & LEADER : Roumanie
Sep 5 – Sep 10 Jour entier
Oct
4
lun
Formation ESPRIT sur les services publics en milieu rural & LEADER : Hongrie
Oct 4 – Oct 8 Jour entier
Nov
8
lun
Assemblée Générale Leader France @ Troyes
Nov 8 – Nov 9 Jour entier