Leader France

Liste des projets

Filtrer les projets

Région

Type de structure

Thème

Adhérent de LEADER France

Et si j’accueillais la Biodiversité dans mon entreprise

38 Place Voltaire, 36000 Châteauroux, France

Voir le projet

Développement de la filière PPAM

1, Rue de la République 34 600 Bédarieux

Voir le projet

Chantier École : Rénovation du Pavillon d’accueil du Jardin Médiéval pour formation aux techniques de la construction en matériaux naturels locaux et durables

Uzès, France

Voir le projet

Valorisation et réduction des déchets verts

Cendras, France

Voir le projet

Rénovation performante du patrimoine public

rue les Plantes Bonjour 21 260 SELONGEY

Voir le projet

Développement SCOP EchoPaille

SCOP ECHOPAILLE . Zone de Cleherlan. 56230 - Questembert

Voir le projet

Et si j’accueillais la Biodiversité dans mon entreprise
19 octobre 2020

À travers l'opération « Et si j’accueillais la biodiversité dans mon entreprise», le Pays Castelroussin Val de l’Indre souhaite accompagner les chefs d’entreprises et leurs salariés dans une gestion plus raisonnée de leurs espaces non bâtis (aires végétalisées d’accueil du public, zones de stockage, friches...). Les entreprises engagées dans cette démarche bénéficient des outils nécessaires pour créer ou recréer des espaces propices à l'accueil et au développement d'écosystèmes et de valoriser ces pratiques auprès du personnel, des clients et fournisseurs. Au sein du territoire du Pays Castelroussin Val de l’Indre, peu d’entreprises s’impliquent dans une démarche de gestion environnementale de leurs espaces non bâtis, végétalisés ou en friche. La biodiversité n’est pas la préoccupation première des entreprises ; elle est souvent vue comme incompatible avec les activités économiques et industrielles. Ainsi, ce projet a pour ambition de sensibiliser et d’interpeller les entreprises sur leurs espaces environnants afin qu’elles participent elles aussi à la préservation des milieux. Des pratiques simples peuvent ainsi être mises en place grâce, notamment, à l’implication des salariés mais aussi des parties prenantes (clients, collaborateurs, fournisseurs...). La première opération 2018-2019 a permis à trois entreprises de s’engager dans une démarche visant à réduire l’usage des pesticides et à tendre vers une gestion plus raisonnée des espaces non bâtis. En plus de favoriser la biodiversité, la gestion différenciée permet aussi la réduction et l’optimisation des coûts d’entretien, elle apporte une meilleure connaissance faunistique et floristique de ces espaces, elle créé une nouvelle image de marque. Le Pays souhaite poursuivre ce travail pour renforcer à la fois les corridors écologiques existants mais aussi en créer de nouveaux. Ces espaces, même restreints, ne doivent pas être sous-estimés. Ils recèlent souvent des espèces insoupçonnées, renforçant ainsi la diversité biologique aujourd’hui en déclin au sein de nombreux milieux. Ce projet permet également de porter l’information auprès de plusieurs publics: les salariés, les clients mais aussi les fournisseurs et autres partenaires. Cet aspect de l’opération est aussi important que la connaissance des espèces et leur maintien au sein de ces espaces.

Développement de la filière PPAM
19 octobre 2020

La régression de la profession agricole a provoqué le délaissement des terrains les plus difficiles à valoriser sur le Pays Haut Languedoc et Vignobles, de fait, une fermeture des paysages ainsi qu'un appauvrissement de la diversité biologique des zones rurales. Une part importante de l'augmentation des surfaces forestières au cours des dernières décennies est due à la colonisation naturelle par la forêt d'espaces ruraux libérés après un abandon ou une diminution des activités agricoles ou pastorales. La crise viticole a aussi eu de multiples conséquences sur le territoire: multiplication des arrachages dans certains secteurs, disparition de nombre d'exploitations spécialisées, fragilisation des exploitations restantes, faible nombre d'installations et apparition de friches agricoles. Dans ce contexte, la gestion des paysages agricoles devient un atout économique puisqu'il s'agit de diversifier les productions agricoles, de valoriser la production et qualifier les produits agricoles tout en développant des pratiques agro-environnementales soucieuses des conséquences sur le paysage. Basé sur le territoire du Pays Haut Languedoc et Vignobles, le programme consiste ainsi à reconstituer les sites par un paysage de diversification agricole à travers le soutien à la recherche et à l’expérimentation pour la mise en culture bio de Plantes à Parfums Aromatiques et Médicinales, le maintien et l’accompagnement des agriculteurs.

Chantier École : Rénovation du Pavillon d’accueil du Jardin Médiéval pour formation aux techniques de la construction en matériaux naturels locaux et durables
19 octobre 2020

Afin de poursuivre l’objet même de l’association In Situ et la démarche du respect environnemental du Jardin Médiéval, l’association a souhaité que les matériaux végétaux soit la base de la rénovation du pavillon. Le Gal a reconnu dans la rénovation de ce pavillon l’intérêt de développer l’utilisation de matériaux naturels adaptés au bâti ancien. L’association et la ville d’Uzès souhaite faire de cette réalisation un exemple au cœur d’Uzès. En effet l’usage de matériaux biosourcés permet de rénover ou bâtir de manière performante. Ce sont des matériaux qui permettent de réaliser des parois de bâtiment isolées contre le froid tout en contribuant au confort l’été de par leur capacité thermique.(paille, chanvre et terre). Ils présentent une solution dans notre climat méditerranéens pour répondre aux exigences de la loi de transition énergétique (qui fixe en matière de rénovation de bâtiment le niveau maximum de consommation d’Energie primaire à 80 KWH/m2et par an). Or les ressources de paille, chanvre et terre sont disponibles en Uzège Pont du Gard : -Le Chanvre: Les agriculteurs cultivant du chanvre réunis en association sous le nom du «Chanvre Gardois» ont mis en place une ligne de transformation du chanvre et destinent les fibres issues de la culture à l’utilisation dans le bâtiment. La majorité de ces agriculteurs sont sur notre territoire Uzège Pont du Gard. -La paille est le coproduit des céréales ; plusieurs centaines d’hectares sont cultivés en UPD et depuis quelques années les agriculteurs locaux sont sollicités pour fournir des bottes de paille pour construire des maisons. En Uzège Pont du Gard à ce jour au moins une trentaine de bâtiment sont réalisés à partir de bottes de paille. De plus, reconstruire un pavillon en matériaux biosourcés mais faire de ces travaux un chantier école pour transmettre en réel à des professionnels cette technique de constructions est aussi un des enjeux de ce projet. En effet ce projet sert d’exemple et est l’occasion de transmettre des savoirs faires liés à l’utilisation de matériaux disponibles sur le territoire: paille, chanvre, terre via des formations qui se sont déroulés pendant le chantier de rénovation du pavillon. Ainsi ce chantier sera un lieu de formation, de démonstration, de communication.

Valorisation et réduction des déchets verts
19 octobre 2020

L’association est basée à Cendras mais ses chantiers rayonnent sur une grande partie des communes d’Alès Agglomération. Depuis 2006, l’association accomplit un travail d’accompagnement à l’insertion sociale et professionnelle à destination des personnes bénéficiaires du RSA et de jeunes dans le domaine de la gestion et de l’entretien des espaces naturels. Jusqu’à présent, ses interventions étaient uniquement dirigées vers les collectivités locales. Pour pérenniser son activité le chantier d’insertion a dû trouver d’autres débouchés. Fin 2007, suite à une étude de faisabilité et à l’autorisation de la DIRECCTE le chantier a pu commencer à proposer une nouvelle activité de débroussaillage auprès des particuliers dans le cadre de la prévention des incendies. Cette nouvelle prestation consiste à nettoyer, conformément aux obligations légales de débroussaillement, les terrains des propriétaires situés à moins de 200m d’un massif boisé. Pour ce faire, il était indispensable que l’association investisse dans un nouveau broyeur à végétaux mobile. Les salariés en insertion peuvent donc traiter, en sécurité, directement sur place les déchets verts en réduisant considérablement les volumes, en supprimant les transports d’évacuation en déchetterie et en valorisant les déchets. Suite à cet investissement, l’association a été sollicitée par une SCOP spécialisée en économie circulaire et innovation sociale pour livrer son expérience dans le domaine afin de réaliser une étude de faisabilité pour la diversification d’activité de 3 chantiers d’insertion dans le Gard sur des filières de valorisation de la ressource verte.

Rénovation performante du patrimoine public
16 octobre 2020

L’habitat et les activités tertiaires représentent 23 % des émissions de gaz à effet de serre et 41% de la consommation d’énergies du Pays Seine-et-Tilles. Les logements construits avant 1975 représentent 60% du parc de 8 440 logements du Pays. La part importante de résidences principales construites sur la période 2005-2008 (10% du parc) révèle la dynamique et l’attractivité résidentielle du Pays. Les maisons individuelles représentent 88% des logements. Le mix énergétique est important pour les secteurs de l’habitat et du tertiaire. Il permet de limiter la vulnérabilité face à la raréfaction et à l’augmentation du coût des énergies fossiles. Malgré ce constat positif, le fioul est l’énergie dominante dans le mix énergétique de production de chaleur des bâtiments du Pays Seine-et-Tilles : il équipe 55% du parc. Si l’on ajoute la part du gaz naturel (25%) et celle du GPL (3%), 60% du chauffage du parc toutes activités confondues proviennent de ressources fossiles. Ainsi pour réduire la facture énergétique des collectivités et la dépense du territoire aux énergies fossiles, le porteur de projet public doit être accompagné par un Conseiller en Energie Partagé (CEP). Le Pays Seine et Tilles s’appuie sur le SICECO (Syndicat Intercommunal de Côte d’Or) pour cette mission qui consiste à la réalisation d’un pré-diagnostic. A l’issue de ce document, le Conseiller en Énergie Partagés (CEP) du SICECO accompagne les communes en tant que conseiller technique dans la définition d’un programme pluriannuel de travaux, la priorisation des améliorations, l’élaboration des cahiers des charges, le choix des équipements et matériaux, L’objectif étant que les communes effectuent, à minima, l’intégralité des travaux dont le temps de retour sur investissement est inférieur ou égal à 2 ans, voire si possible, qu’elles engagent des travaux « significatifs » d’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, ayant des temps de retour sur investissement plus importants (supérieurs à 10 ans), tels que l’isolation des toitures et des murs, … en vue d’effectuer des économies d’énergie substantielles. Un outil de suivi des consommations est également fourni. Ce service payant est intégralement financé par le programme LEADER pour les 66 communes du territoire. Actuellement, 33 communes et EPCI ont bénéficiés de ce service. Avec le programme de travaux ayant comme objectifs d’atteindre 80 kWk/m2.an, les projets sont éligibles aux programmes Etatiques, Régionaux, Départementaux, du SICECO et du programme LEADER.

Développement SCOP EchoPaille
16 octobre 2020

L’entreprise basée sur une commune rurale souhaite pérenniser l’activité et créé un outil de production en premier lieu, fait pour sécuriser l'ensemble des emplois de la coopérative à la fois en sécurisant les personnes mais en diminuant la pénibilité. Les nouveaux bâtiments comprendront une unité de production sur 840 m² et un bâtiment administratif de 160 m² il viendra se rajouter ultérieurement un espace de stockage de 300m². L'unité de production sera dédiée à la production de murs préfabriqués en atelier, la pose de l'isolant et le stockage des produits finis. Le bâtiment administratif accueillera les bureaux techniques ainsi que les parties communes comme les vestiaires et la salle de repos. Ce bâtiment sera aussi la vitrine de l'entreprise l'ensemble de l'enveloppe sera isolé en bottes de paille, les matériaux mis en œuvre seront des matériaux utilisées dans les constructions de l’entreprise. Sont visés les normes bâtiment passif pour l'administratif. Toute cette réflexion a pour but de produire des murs de plus grandes tailles et pouvoir développer encore plus loin l'utilisation du matériau paille comme l'isolation en toiture par des éléments préfabriqués. Et ainsi pouvoir répondre à des chantiers plus conséquents et plus loin. Pour le moment l’entreprise n’était pas en capacité de lever des éléments de toiture dans atelier. L’aide Leader a été fléchée sur les équipements : le premier élément central sera le pont roulant leur permettant de manipuler les éléments préfabriqués, la manipulation de charges lourdes et le chargement sur camion. Pour la production des montants d'ossature pour la paille une scie circulaire à tronçonner sera acheté ainsi qu'une scie à panneau verticale pour le pré-débit des panneaux. Pour faciliter la manipulation des panneaux bois un outil de manutention avec ventouse sera installé au pied de la scie à panneaux verticales. L'aspiration de l'ensemble des machines sera assurée par un groupe d'aspiration positionné à l'extérieur du bâtiment sous un débord de toiture à l'Est. Tous ces outils permettront d'avoir un gain de productivité, de réduire les risques d'accident et de réduire la pénibilité des tâches. L’entreprise s’efforce d'utiliser que des matériaux non traités, de provenance au maximum locale ou française, issu de matériaux bio-sourcés, recyclés... Pour le projet de construction, l’entreprise a : -conservé la partie boisée existante, abritant de nombreux arbres, -conservé une parcelle de + de 2000m² en éco-paturage à l'arrière du terrain, pour palier au futur agrandissement de l'atelier, -créé un système de récupération des eaux de pluies en toiture, pour l'alimentation des sanitaires et pour le lavage des sols, -crée un système de phytoépuration par bassins plantés, pour le traitement de nos eaux usées, -envisagé la pose de panneaux photovoltaïques dans un futur à quelques années, sur le bâtiment de stockage de 300m² à l'arrière, L’entreprise veille également depuis le début de l'activité à générer le moins de déchets possibles et si besoin à les réutiliser par exemple, les chutes de panneaux sont réutilisés pour d'autres projets, les chutes de bois servent à chauffer avec notre poêle à bois au bureau ainsi qu'à divers utilisateurs rayonnant autour de la scop, les copeaux et sciures partent pour les toilettes sèches du réseau (salariés, voisins, amis, festivals proches...), le broyat de paille partent en paillage pour les maraîchers locaux et particuliers environnants.