Leader France

Communiqué de Presse : Placer la ruralité au cœur de la politique de cohésion

Le 1 février 2021

Retrouvez le communiqué de Presse suite à la Commission Europe du Parlement rural français du 22 janvier dernier.

Le Parlement rural français s’est réuni le 22 janvier dernier autour de la commission Europe afin de dresser un état des lieux des contributions des acteurs du développement rural à la vision à long terme de la Commission européenne d’une part, et au Plan stratégique national en cours de construction d’autre part. L’occasion de pointer le manque de considération pour la ruralité (alors que celle-ci offre de nombreuses solutions aux enjeux de société actuels) et d’esquisser des scenarii replaçant le développement rural au cœur de la politique de cohésion.

La commission Europe du Parlement rural français a fourni à ses membres (plus de 120 inscrits issus du terrain – élus locaux, européens, universitaires, associations…) un temps d’échanges constructif et enrichissant dans un contexte crucial pour le développement rural : les trois prochains mois vont en effet déterminer les 6 années à venir puisque chaque Etat membre, à la demande de la Commission européenne, est en train de rédiger son Plan stratégique national définissant son approche de la Politique agricole commune, sur laquelle les 27 se sont accordés en octobre 2020.

C’est l’occasion de repenser la place des ruralités dans les politiques européennes et d’avancer vers une « ruralisation » des fonds européens. « La ruralité ne doit pas être limitée au second pilier de la PAC », souligne Thibaut Guignard, président de Leader France. La ruralité touche en effet à différentes problématiques et cette transversalité doit être reconnue dans l’attribution des fonds, à commencer par le Feder, qui bien que prévu pour la cohésion des territoires, vise en pratique essentiellement les zones urbaines et ne mentionne absolument pas les zones rurales.

Concrétiser l’agenda rural européen

Tous les acteurs s’accordent à dire que l’Europe n’est pas assez physiquement présente sur les territoires ruraux, or un relai le plus local possible permet ensuite une gestion au plus proche des besoins et des attentes. D’ailleurs le manque d’adaptabilité des fonds est criant et les zones rurales ne disposant pas de l’ingénierie nécessaire se voient privées d’aides européennes par simple blocage administratif.

D’où l’importance de concrétiser l’agenda rural européen, prenant en compte les territoires ruraux dans leur richesse et leur diversité, et les identifiant comme « terreau fertile au génie européen ». La réalisation de cet agenda nécessite de s’accorder sur un socle commun prenant en compte les diversités de la ruralité. Une vaste consultation publique européenne ainsi que la mise en place d’agendas ruraux nationaux pourraient clairement y contribuer. La France s’est justement inscrite dans cette démarche d’agenda rural, initié sur la base du rapport : « Ruralité, une ambition à partager », remis au ministère de la Cohésion des territoires et apportant une contribution concrète au développement rural.        

Le Parlement rural français s’engage

La stratégie de la commission Europe du Parlement européen pour défendre la ruralité à l’échelle européenne se décline autour de trois grands axes :

  • renforcer la connaissance des ruralités européennes (recherche d’un référentiel commun, création d’un observatoire européen de la ruralité, réaliser une vaste étude d’opinion, déployer un réseau de journalistes européens…)
  • renforcer la prise en compte des ruralités dans les politiques européennes (« ruraliser » en priorité la politique numérique et la politique relative aux mobilités, penser la valeur ajoutée des ruralités dans l’évaluation des politiques publiques et des programmes de développement, créer une commission permanente « ruralités » indépendante de la commission « agriculture et développement rural » au Parlement…)
  • considérer l’apport essentiel des ruralités aux grands enjeux de l’Union européenne (consacrer une ligne au sein de chaque programme européen à la coopération transnationale entre « territoires de projets », créer un label européen des cultures locales visant à valoriser les initiatives territoriales de partage et de rayonnement culturel des territoires de l’Union…)

Pour l’heure, l’ensemble des propositions et suggestions émises à la commission Europe du Parlement rural français vont être transmises à la Commission européenne afin de contribuer à une vision à long terme intégrant pleinement le développement rural. Ces propositions vont d’autre part être soumises aux contributeurs du plan stratégique national, afin de donner à la ruralité toute la place qu’elle mérite dans la prochaine Politique agricole commune.

Pour visionner le replay de la Commission : Cliquez ici

lu 710 fois.